Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

L’une a 45 ans, l’autre a enfin franchi le cap des 30 ans.

L’une découvrait ses premières manifestations lycéennes alors que l’autre n’avait que quelques mois d’existence.

L’une est grande, blonde (à forte poitrine) tandis que l’autre est petite, brune, avec des yeux de cochon.

A  45 ans et 3 enfants, l’une a l’impression depuis peu, qu’une année dure à peine 3 secondes, ça pourrait même être lié à une formule mathématique qui se fonde sur la loi des rendements décroissants.

L’autre a l’impatience de sa jeunesse et a vécu avec désespoir la fin de son abonnement SNCF 12/25.

Provinciales « montées » à Paris, elles partagent les mêmes coups de foudre qui durent, pour ceux qu’elles appellent les « Talents du terroir urbain ».

Locataires dans le nord-est parisien, militantes pour l’égalité des droits, elles ne fréquentent pas les quartiers les plus pauvres comme si elles se rendaient au musée du Quai Branly.

Elles s’activent pour faire percer une parole authentique et nouvelle en provenance des quartiers les plus populaires notamment de Paris.

Comme des Reines, elles arpentent les quartiers, ceux qu’on dit populaires. Elles déjeunent au Tunis-Tunis boulevard de la Villette, ou d’un bobun métro Laumière, dînent d’une kémia rue du Plateau, ou d’un poulet braisé au Marcory.

L’une et l’autre connaissent les ravages de l’entre soi.

Comme des Reines elles ont un état d’esprit, celui d’une petite équipe, qui croit encore au « jeu collectif ». Elles ont au cœur le mélange des gens et des genres.

Elles lancent ce site. Il a vocation à évoluer. Il se veut tout d’abord au gré des rencontres, la vitrine de ces « talents du terroir urbain ».

Il s’agit de « tirer le portrait » de ces femmes et de ces hommes qu’elles connaissent, dont elles suivent les projets depuis plusieurs années.

Leurs projets ne sont qu’un prétexte puisque ce sont d’eux dont on parle. Eux qui font vivre une ville plus humaine !

Crédits photos Mathieu Delmestre