Talent tout court : Maïmouna Doucouré

Maimouna doucoure

Maroc, Brésil, Macédoine, Tanzanie, le court-métrage Maman(s) de Maïmouna Doucouré navigue de sélections de festivals, en publics conquis.

Maïmouna a pris à bras le corps un sujet tabou, celui de la polygamie, interdite en France, et pourtant bien réelle. A travers le regard d’une enfant, elle donne à voir et à comprendre le drame et les bouleversements qui se jouent dans la tête de cette petite fille. « Pour (Maïmouna) c’est un film sur l’amour, sur l’interprétation qu’une petite fille se fait de l’amour à travers ses parents».

Maïmouna, première rencontre, à la soirée des réalisateurs, à l’UGC Ciné Cité boulevard Mac Donald. La soirée des réalisateurs c’est aussi Fatime Touré mais on en reparlera :-).

5ème édition de la soirée des réalisateurs, printemps 2014, ça se joue enfin à domicile, on s’y presse comme des centaines de spectateurs, dont beaucoup du quartier Claude Bernard, mais aussi des « professionnels de la profession » : le cinéma. Ce n’est pas notre cas, mais cela ne nous empêche pas, de noter la grande qualité des courts métrages que nous découvrons, dont « Cache-Cache« , le premier de Maïmouna Doucouré. Il met déjà en scène des enfants, plus d’une dizaine. Le décor est planté dans un huis-clos dans la cour d’un immeuble que l’on connait bien aussi.

Maïmouna Doucouré, c’est une belle présence, elle est actrice et a déjà beaucoup de travail à son actif à 30 ans.

D’une fratrie de dix enfants, elle grandi dans le 19ème arrondissement, diplômée d’une licence de biologie après avoir décroché un bac S alors que tout le monde lui prédisait l’échec parce que « trop dur ».

A la ville comme sur scène, elle arbore toujours un sourire et un optimisme lucide sur des sujets que nous avons à cœur.

Parce que nous partageons la conviction qu’il n’existe pas de quartiers ni de personnes faits pour l’échec.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Christophe Jibard dit :

    Un pur talent… Si vous avez l’occasion de voir son dernier cours métrage il vous fera verser une larme et vous emmènera dans la vie vie d’une famille bouleverser par l’arrivée par l’arrivée d’une seconde épouse. C’est au travers des yeux et de la sensibilité d’une petite fille (une actrice incroyable) que nous découvrons toute la complexité des émotions et de cette famille ou l’amour qui lie ses membres malgré l’épreuve qu’ils traversent. Sans jugement, sans caricature, mais avec sensibilité et mesure Maïmouna, la réalisatrice nous y transporte avec talent.
    Christophe Jibard

    J'aime

    1. Mais nous l’avons vu ! et nous avons versé des larmes 🙂

      Karine pour
      CommedesReines

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s