Obsolescence à tous les étages : N’en jetez plus !

77 % des consommateurs de l’Union européenne préféreraient réparer leurs produits plutôt que d’en acheter de nouveaux. 92 % souhaiteraient aussi être mieux informés sur leur durabilité.

« Les consommateurs en ont marre d’acheter des produits qui tombent en panne juste après la fin de la garantie et des produits qui ne sont pas réparables », c’est ce qu’a indiqué Pascal Durand, Euro-député EELV pour étayer son rapport il y a quelques jours.

Rapport d’initiative sur l’obsolescence programmée qui a été adopté mardi 4 juillet à une immense majorité par le Parlement européen (662 voix pour, 32 voix contre et 2 abstentions).

Pour la première fois, l’UE se penche sur cette pratique industrielle qui vise à diminuer le temps de vie de nos réfrigérateurs, télévisions, ordinateurs ou encore smartphones, pour nous inciter à multiplier les achats.

Plus concrètement, il veut garantir aux consommateurs une meilleure information par rapport à la durabilité des produits qu’ils achètent, « sortir de cette logique d’une société du déchet permanent ».

 Obsolescence = anglicisme, est le fait pour un produit d’être périmé, et donc de perdre toute valeur, du simple fait de l’évolution technique ou de la mode, même si le produit est en parfait état de fonctionnement.

Ainsi, au siècle précédent la règle à calcul a été supplantée par la calculatrice électronique en très peu de temps parce qu’elle fut complètement dépassée techniquement.

Once Upon a Time, au siècle dernier encore, il n’était pas rare de faire appel à une couturière ou un couturier d’ailleurs, qui allait « faire du neuf avec du vieux ». La robe de la mariée pouvait servir à plusieurs (mariées ), le vélo du petit dernier avait été celui du grand cousin, on réparait l’électro-ménager…

Il aura fallu plusieurs longues décennies, empilement de crises oblige, pour que nous revenions à accepter que tout n’est pas bon à jeter à la première défaillance, ou que l’on peut entretenir, réemployer, réutiliser et recycler nos objets.

« Ressourcer » devenait un outil de développement durable, construit en partenariat avec les collectivités territoriales et les pouvoirs publics. L’aboutissement devenait une filière professionnelle de collecte de traitement et de gestion des déchets réemployables et réutilisables qui contribue aujourd’hui à une économie et une croissance vertes.

Obsolète = Se dit de ce qui est dépassé, ringard, « has been » !

Tout se recycle ! On redécouvre les légumes oubliés, on cuisine avec les restes, on troque ses fringues.

En politique, on réclamait du renouvellement. Fallait du plus jeune, du plus féminin, du différent ? Nous avons un président jeune incontestablement ! Qui est allé tout de même chercher du vieux à Lyon pour le mettre tout à l’intérieur. La jeunesse est-elle gage de qualité ? De fraîcheur clairement !

Au Conseil de Paris, combien de membres siègent sur ces bancs depuis 1989 ? La question essentielle n’est-elle pas surtout celle de l’utilité ? Qui est utile et à quoi ?

La politique française ne pouvait-elle pas se ressourcer sans pratiquer le dégagisme ? Fallait-il accompagner toutes celles et ceux qui semblaient « périmés » tout en haut de la montagne sans eau potable ni vivres ?

Monde cruel qui supprime des critères de pénibilité pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes, repousse sans cesse l’heure du départ en retraite, nous laisse pantois en proie à une société captive de ses paradoxes.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s