Vincent Boileau-Autin : Rien ne l’arrêtera

Le 8 juillet dernier, il était là aux commandes avec tous les bénévoles de l’association pour la grande journée des fiertés à Montpellier avec comme mot d’ordre « Rien ne nous arrêtera ».

La vue par le hublot

Stéphanie Dembak a grandit là, à l’Haÿ-Les-Roses, au pied des bretelles de l’autoroute. Le mur antibruit c’était le terrain de jeu des gosses des « Pervenches », pas loin des « Tours marrons ». Une heure à scruter ce visage qui s’anime à l’évocation de son enfance, dans un sourire espiègle elle dit « c’est creux un mur antibruit ». On voit défiler dans ses yeux si clairs une bande de petits fanfarons au coeur d’un mur antibruit avec l’autoroute juste de l’autre côté.

Stéphanie veut être journaliste. Les conseillers du CIO se succèderont pour expliquer à la collégienne des « Pervenches » que « comptable » ce serait déjà formidable. C’était sans compter (justement) sur la détermination de la jeune fille du 15éme étage de la tour bleue du 3, allée des Pervenches. Supporter du PSG depuis l’âge de 6 ans, elle veut être journaliste sportif. Aucune femme durant ces années n’exerce dans ce métier.

Slimane Tirera : Permettre aux « talents invisibles » d’émerger

« Comme des Reines » aime faire la part belle aux talents de notre société, souvent inconnus médiatiquement, qui animent nos quartiers, embellissent la vie des autres, et qui démontrent jour après jour que de petits riens suffisent parfois au bonheur des autres.

Nous aimons suivre de belles personnalités et faire leur portrait parce que tous ces parcours sont exceptionnels.

Slimane Tirera est l’une de ces belles personnalités, tout juste 30 ans, il a déjà un très beau « palmarès ».

Vas, vis et deviens

Abdoulaye se fixe des objectifs, se créé des opportunités. Quelques années d’apprentissage au Théâtre des possibles, allieront son aisance relationnelle avec une parfaite élocution. En 2015, il est candidat aux élections départementales, mais comme suppléant. A Fresnes, c’est un certain Emmanuel Macron qui viendra en principal soutien au meeting. Condamné à réussir, Abdoulaye Bathily est bien le « capitaine dans le bateau de ses efforts » qui force l’admiration.

La force d’exister

Mais pourquoi ce « K » prééminent dans chaque structure qu’elles ont construites ? En évocation au Ka bien-sûr, ce tambour élément central du Gwoka. Evocation des récits de vie de la Guadeloupe dont Tata Célo les a bercé durant leur enfance. Tata Célo, le surnom de Céline leur maman, celle d’une fratrie de 4 enfants qu’elle a élevé Place des Fêtes où elle vit toujours. Tata Célo l’assistante maternelle connu de toutes et tous, petits et grands dans le quartier. « Potomitan », cette expression caribéenne pour désigner ces femmes pilier central de la famille. Plus largement il désigne aussi aujourd’hui la femme antillaise épanouie, dynamique, active, indépendante, mère irréprochable et courageuse.

Comme à un fils

Ce sont des hommes de valeur(s), d’empathie authentique, de bienveillance rare, une affection qui vous porte à désirer le bonheur de notre prochain. Leurs échanges n’appartiennent qu’à eux. Mais le regard qu’ils portent l’un sur l’autre, la préoccupation de l’un pour l’autre, en dit assez pour être presque réconcilié avec les êtres humains, loin de notre lot quotidien de médiocrité crasse et de complexe de supériorité qui nous empoisonnent.

Sortir de l’impuissance : Le pouvoir d’agir

Beaucoup de gens parlent du pouvoir d’agir, mais il y a finalement peu d’actions. L’épanouissement passe par l’action. La question « Et maintenant, qu’est-ce que je peux faire ? ». L’action est un élément très important de l’affranchissement : on ne s’affranchit pas mentalement, pour pouvoir s’affranchir il faut agir.

Penser par soi-même avec les autres : Studiolo Philo

Charlotte de reviers est une femme de défis. Après une carrière dans les ressources humaines et la communication, elle a décidé de s’engager pour la pratique de la philosophie. Ayant suivi l’enseignement d’un collaborateur de Matthew Lipman. Elle est certifiée par l’Université Laval au Québec. Elle relie dans son enseignement ce savoir-faire à sa formation en histoire de l’art.

Un tour au bord de l’O avec Karine Goldberg

C’est vrai qu’elle a l’allure d’une artiste avec ses longues tuniques. Une allure un peu 70’s version soul. C’est vrai qu’elle aime ces rythmes qui achèvent de compléter une personnalité qui est fière de ses racines. Elles plongent loin, là bas à l’est, dans le Yiddishland, où les bundistes, ces sociaux démocrates révolutionnaires juifs ont…

On n’est jamais mieux Serbie que par soi-même !

Longtemps connue comme la capitale de la Yougoslavie, celle de Tito, de la fraternité et l’unité… par la suite, cette ville fut considérée comme l’instigatrice de tous les maux. Aujourd’hui, celle qui signifie “ville Blanche” est devenue une ville qui attire de plus en plus de touristes… Depuis 2013, à la faveur d’une campagne médiatique…